Tamaskan mâle adulte à donner

Posté par:

 

Le club est chargé par son propriétaire du replacement de Passang (né Saxon Dyonisus).
Fiche de Passang dans la database : http://www.tamaskan-database.com/dog/saxon-dionysus

Passang est né le 16 février 2013 en Bulgarie, il est arrivé en France dans la foulée.

C’est un mâle entier de 5 ans. Son propriétaire actuel est musher professionnel et souhaite céder Passang car ce dernier ne « tient plus le rythme » de son nouvel équipage de chiens, plus accès sur la vitesse. De plus, la dynamique de meute ayant changé, Passang a été mis à l’écart par les autres chiens et de légers accrochages ont eu lieu.

Leur propriétaire a donc séparé Passang des autres chiens et l’a isolé dans un parc où il est en sécurité, mais seul.

Attention, Passang est un chien qui a toujours vécu dehors, en meute et travaille depuis ses 8 mois. Il n’a jamais mis les pattes dans une maison !

Son propriétaire pense cependant qu’il pourrait s’y habituer (à la vie en maison). En effet Passang est un chien plutôt calme et très câlin.
Il lui faut juste un peu de temps avant d’accorder sa confiance à un humain « nouveau ».

Il n’a aucune base d’éducation (au delà de la traction), tout est à faire. Il connait quand même son nom et sait venir quand on l’appelle (dans son parc! il n’a jamais connu des promenades en liberté). Il connait également la laisse. C’est un chien au tempérament câlin et doux.
Evidemment, il peut tracter !

Il ne s’entend plus avec les mâles entiers. Il est prédateur sur les petits animaux (y compris les chats, les animaux de basse court etc).

 

Pour le beau Passang, nous cherchons une famille ayant :

  • un extérieur entièrement sécurisé
  • une chienne femelle stérilisée de taille similaire / pas de chien mais un humain disponible h24 pour créer un lien fort avec Passang
  • du temps et de la patience

 

Des frères et sœurs de Passang habitent en France et sont tous des chiens très équilibrés et agréables. Nous pensons que Passang se fera à sa nouvelle vie avec beaucoup de grâce.

Les premiers contacts devront se faire par e-mail auprès du club : cftamaskan@gmail.com
Dans ce premier mail, détaillez les raisons qui vous poussent à candidater pour l’adoption de Passang. Décrivez nous votre lieu de vie, votre mode de vie, les habitants de votre maison (humains, animaux), la manière dont votre habitation est clôturée.
Nous ne répondrons pas aux demandes portant uniquement sur son prix de vente. Passang sera soit stérilisé avant placement, soit placé sous contrat de stérilisation.

 

 

 

2

La Socialisation

Posté par:

De quoi s’agit-il ?

D’après le petit Robert (toujours d’une grande aide) il s’agit du fait de développer des relations sociales, de s’adapter et de s’intégrer à la vie sociale.

Si le terme utilisé est le même pour les chiens, il devrait s’agir de développer chez notre compagnon canin sa capacité à s’intégrer dans une société (plus ou moins) humanisée. Soit pouvoir s’adapter à des rapports avec les humains, mais également avec les autres animaux qui les fréquentent (les autres chiens en priorité, mais également les autres animaux de compagnie voire d’élevage selon le milieu de vie du chien et ce que l’on attend de lui.)

A partir de là, il me semble évident que la socialisation de chaque chien sera différente, ne serait-ce que parce que tous les chiens ne vivent pas dans le même milieu et que tous les maîtres n’attendent pas la même chose de leur chien.

Dans les faits, quand est-ce que l’on commence ?

L’éleveur se sera chargé de la première phase de socialisation qui commence entre les 3e 4e semaines du chiot et aura duré jusqu’à son départ dans sa nouvelle famille.

Avec un chiot non vacciné, il n’est pas conseillé de le sortir dans le monde extérieur pour aller découvrir les poules de la voisine et le chien mal fagoté qui habite en bas de la rue… Mais c’est le moment pour commencer une vrai socialisation à l’humain… Des petits, des grands, des hommes, des femmes, des enfants, des vieux, des minces, des gros, des qui portent des chapeaux, des qui ont des cannes…. Bref, des humains. Et des humains qui le manipulent, avec douceur et affection, pour que petit à petit notre chiot intègre que les bipèdes sont ses amis.

Dans l’idéal, vous avez récupéré votre chiot entre ses 8 et 12 semaines, il est proche de l’humain et curieux de découvrir le monde.

Peu de temps après commence une période plus difficile où le chiot commence à douter, et à avoir peur de tout et de rien (dans la mesure où ces choses étaient nouvelles pour lui).

C’est le moment qui devient intéressant pour vous, nouveaux maîtres d’un chiot.

  • Qu’est-ce que vous attendiez de votre chiot, en termes de capacité sociale ? Ou, pour être plus précise, qu’est-ce que vous souhaitiez atteindre comme « zone de confort » avec lui ?
  • Un chien de famille, cool avec vous, cool à l’intérieur, câlin, pas agressif et tant pis si il est flippé dehors et « ne parle pas » aux étrangers ?
  • Un compagnon de vie, qui partage le plus possible avec vous, vous suit dehors plusieurs fois par semaine dans des milieux plus ou moins urbanisés en se gérant bien, et qui accepte le contact (voire le recherche) avec des étrangers ?
  • Un chien de ville, chapeau melon et bottes de cuir, classy et à l’aise dans le métro ?
  • Un chien de campagne, libre et sauvage qui court la montagne (mais revient au rappel, de préférence) ?
  • Un chien tout terrain qui est bien partout, tout le temps et avec tout le monde (le mythe du labrador, quoi.) ?
  • Un chien de travail ?

C’est en fonction de vos attentes que vous devrez orienter le travail avec votre chiot. Le principe étant de le « conditioner » dès son plus jeune âge aux réactions appropriées face au milieu de vie que vous lui offrirez.

De façon générale : la marche en laisse doit être initiée très tôt. La désensibilisation à la voiture, et aux bruits de la « ville » aussi. Le contact à l’humain et à ses congénères doit être régulièrement entretenu, sans forcer le chien, mais en l’encourageant.

En bas à gauche, un tamaskan non stressé à la Fête du Chien 2013 (Melun) Photo de Laureen Giraud

En bas à gauche, un tamaskan non stressé à la Fête du Chien 2013 (Melun)
Photo de Laureen Giraud

 

Article écrit par : Emilie Reydon, le Lignage
Originellement publié ici : http://le-lignage.fr/carpettes/la-socialisation/ (version plus développée autour de son expérience personnelle)

0